Article rédigé par Françoise Guillot-Le Queux et relatif au choix des livres et ouvrages mis à la disposition des élèves et étudiants du Lycée Savary de Mauléon / Bulletin AAEP 7 – juin 2014

 L’année 2014 est notamment marquée par le fait que, dans divers endroits français, des associations, mouvements ou parents … se sont émus des choix de certains ouvrages mis à la disposition des élèves et étudiants, au sein des établissements scolaires. Et ce phénomène n’est pas nouveau, comme en témoigne le fac-simile de la lettre présentée ci-contre … qui date de 1959 !

Soucieuse du bien-être scolaire des élèves et étudiants, notre association a notamment pour objectif d’accompagner les projets des équipes éducatives du Lycée Savary de Mauléon. C’est pour cela que l’AAEP vient de faire un don d’ouvrages au CDI, ouvrages choisis en coopération avec les professeurs documentalistes : six volumes de la collection « La nouvelle histoire de France », dirigée par Joël Cornette aux éditions Belin. A cette occasion, l’association s’est également interrogée sur la manière dont les enseignants choisissent les ouvrages qui enrichissent les rayonnages du Centre de Documentation et d’Information (CDI), lieu accueillant, très vivant et très fréquenté. Les deux professeurs actuellement en poste – Barbara Bourdin et Kathleen Derouet - sont alors sollicités pour apporter leur contribution et expliquer comment s’opèrent les acquisitions pour le CDI.

Les professeurs documentalistes, après propositions et demandes de leur part, se voient octroyer par le Conseil d’Administration de l’établissement un budget annuel qu’elles gèrent en autonomie, même si les commandes qui sont passées sont visées par le gestionnaire et le proviseur du Lycée avant tout envoi aux partenaires commerciaux. ; les professeurs ont naturellement à rendre compte de l’utilisation du budget en fin d’année.

L’acquisition est l’aboutissement d’un long travail d’équipe et de concertation. La procédure d’acquisition d’ouvrages pour le CDI se déroule en différentes étapes : l’expertise du fonds pour déceler les besoins, le « désherbage » et la mise au pilon pour les ouvrages les plus abîmés et/ou obsolètes, la connaissance des programmes et des thématiques choisies par les enseignants afin de bien cibler les choix. Les enseignants sont également sollicités pour émettre des demandes, ceux qui présentent leurs besoins sont ceux qui conduisent des projets pédagogiques, comme la participation au Goncourt des lycéens ou à la semaine de la presse ou …, ceux qui animent les Travaux Personnels Encadrés (TPE) ou des projets initiés suite aux diverses modulations des instructions nationales ou des sollicitations plus territoriales … Les professeurs documentalistes font des propositions d’acquisitions. Elles oeuvrent au sein de réseaux professionnels souvent coordonnés par le Centre Régional de Documentation Pédagogique (CRDP) et son relais départemental (CDDP) devenus CANOPE, de réseaux émanant desdynamiques pédagogiques académiques grâce aux sites, aux ressources et aux interventions des Inspecteurs d’Académie - Inspecteurs Pédagogiques Régionaux (IA-IPR) … tous ayant soin de développer des échanges d’informations. L’avis de leurs collègues est très apprécié lorsqu’il s’agit de compléter le fonds d’une classe documentaire. En complément à cela, elles mènent régulièrement une veille informative, elles travaillent en relation avec les bibliothèques municipales, avec les librairies locales … Elles ont à leur disposition des outils divers, comme les revues spécialisées - histoire, sciences, économie… encre de Loire, inter-CDI, - les revues des éditeurs… Permettent de faire un choix éclairé parmi les ouvrages les plus récents, d’une part la lecture des critiques dans la presse, d’autre part l’accueil au CDI, de représentants montrant les documentaires que les enseignantes peuvent feuilleter en vue d’acquisitions potentielles. Les élèves sont également invités tout au long de l’année scolaire à formuler des propositions de livres. En ce qui concerne la « lecture détente », les propositions des élèves restent une valeur sûre puisqu’elles reflètent leurs goûts et leurs coups de cœur, dont le site du lycée est un témoin efficace.

C’est dans ce contexte que les choix sont faits. Cela semble complexe, mais il est essentiel de coordonner les besoins et beaucoup de souplesse est laissée à cette dynamique. Par ailleurs, une réactivité certaine permet également de répondre à des besoins ponctuels tout au long de l’année. En effet, une fois les titres déterminés et le budget connu, il s’agit d’étaler les commandes selon les priorités tout au long de l’année - le plus souvent octobre et février / mars - afin de créer des moments forts en apportant des nouveautés aux usagers et de stimuler

leur envie de lire, tout en actualisant le fonds au service de leur travail. B. Bourdin précise : « Je marche au coup de cœur de par ma formation littéraire, je partage mes propres lectures ; il est ainsi plus facile de transmettre.» Et K. Derouet complète : « Le choix d’ouvrages au CDI se fait toujours en fonction des attentes des différents usagers - équipes pédagogiques et élèves-, des besoins du fonds documentaire et du budget annuel alloué. »

Toute l’attention est ainsi portée à la valeur éducative et informative des ouvrages mis à la disposition des élèves et des étudiants. L’établissement scolaire doit suivre des principes comme ceux de neutralité, de laïcité, de diversité, d’équité … et aucun doute n’est à porter sur le respect de ces principes. La confiance est entière envers ces professionnels qui mettent tout leur engagement au service de l’éducation et des enseignements dus aux jeunes.